Explications

Explications_Allergies_Sulfites_Allergies_Alimentaires_association_1
Explications_Allergies_Sulfites_Allergies_Alimentaires_association_1

Explications sur cette allergie

Les sulfites sont des additifs:

Les additifs alimentaires sont très répandus en raison d’une consommation croissante des produits transformés dans nos sociétés. 

Les additifs mis en cause peuvent être aussi bien des colorants (azoïques comme la tartrazine), que des anti-oxydants (BHA/BHT, sulfites) ou des conservateurs (benzoate).

Les sulfites semblent être le groupe d’additif posant le plus de problèmes sanitaires notamment chez les asthmatiques.Les sulfites forment un groupe d’additifs alimentaires grandement utilisés, notamment dans la conservation des fruits séchés et dans certaines boissons (comme les vins, …) mais aussi d’autres aliments frais et transformés et de médicaments, pour leur activité anti-bactérienne et anti-oxydante. Des agents pharmaceutiques utilisés dans le traitement de l’asthme et des maladies allergiques, contiennent ainsi des sulfites en faible quantité.

Des réactions fortes : 

Bien que cela soit plutôt rare, certaines personnes réagissent fortement à l’ingestion de divers additifs alimentaires. 

La réaction peut être une véritable allergie si l’additif, même s’il ne contient pas de protéines, a été contaminé par un autre aliment en contenant. À titre d’exemple, la lécithine de soja, non allergène, peut être contaminée par des protéines de soja. 

Mais le plus souvent, il s’agit d’une intolérance alimentaire dont les symptômes ressemblent à ceux d’une allergie. Des additifs comme les sulfites, la tartrazine et les salicylates peuvent provoquer une réaction anaphylactique ou une crise d’asthme. Une personne asthmatique sur 100 est sensible aux sulfites.

Explication : 

L’intolérance aux sulfites apparaît lors d’une carence en sulfite oxydase, une enzyme responsable de transformation d’oxyde de sulfite (forme active) en forme inactive ou simplement d’une sensibilité plus accrue aux sulfites. Peu d’informations concernant les personnes touchées par ce type d’intolérance sont disponibles. 

Manifestations allergiques aux sulfites :

Nausées, douleurs abdominales, convulsions, asthme, voire réactions anaphylactiques. 

L’exposition est double : ingestion et inhalation. 

La dose nécessaire au développement de symptômes d’intolérance peut être très faible (1 ppm par inhalation) mais on considère que 10 ppm par ingestion sont tolérés par les personnes sensibles.

Symptômes : 

En ce qui concerne les intolérances aux additifs, elles s’accompagnent :

de bouffée de chaleur

de palpitation

de maux de tête, asthme

de nausée

de douleur abdominale, diarrhée et convulsion

Les additifs étant présents dans de nombreuses préparations mais aussi dans d’autres sources plus sournoises comme le vin ou la bière, il faut en cas d’intolérance analyser les mentions sur l’étiquetage. Mentions qui malheureusement sont encore souvent incomplètes.

Le tableau clinique peut être grave :

Le meilleur traitement des réactions anaphylactiques est d’ordre préventif et consiste à éviter les aliments qui en sont la cause. 

Cependant en cas d’anaphylaxie, la prise en charge est lourde et le traitement consiste en l’administration immédiate d’adrénaline suivie d’une évaluation et d’une surveillance en milieu hospitalier. Dans de nombreux pays dont la France, la plupart des allergologues recommandent aux personnes possédant des antécédents d’accidents anaphylactiques de porter sur elles des seringues d’adrénaline prêtes à l’emploi.

Il existe d’autres réactions indésirables aux aliments, avec absence de médiation par les IgE, pouvant également être graves sans que l’on puisse les qualifier d’allergies alimentaires vraies. 

De nombreuses réactions aux sulfites peuvent être mortelles bien qu’elles ne fassent pas toujours intervenir d’IgE.

Seuil de sensibilité : 

Les réactions aux sulfites sont liées plus à leur concentration qu’à la quantité consommée. C’est la raison pour laquelle la réglementation européenne est basée sur leur concentration. 

Une concentration seuil a pu être estimée à 10 mg par kilo, valeur en dessous de laquelle peu de réactions sont à craindre. 

L’étiquetage des sulfites est donc exigé au-delà de cette concentration.

0,03 à 0,15% de la population

Concentration seuil : 10mg/kg ou 10mg/ litre (exprimé en SO2) par rapport à l’aliment prêt à l’emploi

1 ménage sur 4 est concerné par les allergies alimentaires en Belgique

3/4 des français achètent leur baguette chez leur artisan boulanger

Au Canada, les sulfites font partie des 10 allergènes représentant 90% de toutes les réactions allergiques alimentaires.